Le groupe de rock garage The Horrors

Stranger House, Luminous, et bien d’autres encore, et des titres comme Something to Remember me by ou encore So now you know : Ce sont à travers les chefs-d’œuvre comme ces derniers que l’on a appris à connaitre le groupe The Horrors. Pour les fans de rock, c’est le groupe référence qui a influencé grandement le secteur du rock au Royaume-Uni. Encore aujourd’hui, il nous étonne à travers des morceaux à la fois punk, surf et rock garage.

Qui est le groupe The Horrors ?

The Horrors est un groupe de rock garage originaire du Royaume-Uni, et plus précisément du Southend-on Sea.  Malgré qu’il soit devenu une référence dans le secteur du garage rock, ce n’est pourtant pas la seule musique que ce groupe propose à travers ses albums. On y voit un mélange de punk, et même de shoegazing. En un sens, il ne s’adresse pas uniquement aux fans de rock, mais à un plus large public.

  • Histoire

The Horrors a fait son entrée en scène l’année 2005 avec le label XL Recording, avec qui il travaille d’ailleurs encore en collaboration. Ce groupe de 5 personnes : Faris Badwan au chant, Joshua Hayward à la guitare, Tom Cowan au piano et à la basse, Rhys Webb à l’orgue, et Joseph Spurgeon à la batterie, surprend par leur look un peu décalé et leur coupe de cheveux imposante, mais séduite aussi par leur jeunesse.

Leur tenue en total look noir, et parfois teintée de rouge, est la représentation fidèle de leur univers musical. On n’en attendait pas moins d’eux. Et cela n’a d’ailleurs jamais changé depuis leur début sur les planchers.

Malgré que le groupe se forme en 2005, il faudra cependant attendre 2 ans pour apprécier leur premier album portant l’intitulé « The Strange House ». Ce dernier est d’influence rock garage pur et simple, ce qui a d’ailleurs permis au groupe de se faire un nom dans ce domaine.

Au fil des années, The Horrors  a modifié un peu son genre musical. L’album « Primary Colors » en 2009 en est la preuve. C’est à ce moment que le snoegazing a commencé aussi à faire partie de l’univers du groupe.

Jusqu’en 2017, on comptera 5 albums d’un genre musical assez mélangé, mais toujours assez rock, issu du travail d’orfèvre du groupe The Horrors.

  • Les collaborateurs

Depuis ses débuts jusqu’à ce jour, The Horrors n’a travaillé qu’avec un seul label. C’est notamment SL Recording. Par contre, il a travaillé en collaboration avec quelques artistes au cours de sa carrière. Par ailleurs, le groupe a accepté comme membre temporaire Freddin Cowan le frère de Tom comme guitariste sur certaines chansons.

Les débuts du groupe

Comme de nombreux groupes avant eux, The Horrors a connu des débuts assez périlleux. Selon eux, leur réussite n’a pas été prévue au programme. Mais leur talent leur a permis de devenir des références dans le monde du rock, et ce, pas seulement dans leur pays, mais aussi dans le monde entier.

  • Un groupe d’amis originaire de Londres ?

Londres ? Non pas vraiment ! The Horrors s’est formé d’après un groupe d’ami originaire d’une banlieue éloignée de Londres. Ils s’étaient unis autour d’une passion commune : la musique d’un autre temps.

Selon leur propre témoignage, ce sont les tonalités qui les intéressaient et qui les inspiraient. Mais la référence est aussi des chansons de punk et du shoegaz. Ce qui explique le développement de leur titre au fil du temps.

  • ­De petites représentations pour commencer

L’aventure commence petit  à petit à travers notamment des représentations qui ne semblent pas de grandes importances. The Horrors joue notamment dans le sous-sol d’un grand hôtel de leur région. Mais leur concept est tellement innovant et assez attractif qu’il réussit à atteindre des jeunes du monde entier, et même des responsables de label. Ce n’est qu’alors qu’il travaillera sur son premier album.

  • Un premier clip réussit

En 2006, le groupe sort son premier clip, qui rencontra un succès fou. C’est à travers le titre « Sheena is a Parasite », réalisé par Chris Cunningham, que The Horrors se présenta au monde. Le titre est parfait pour les fans de garage rock : violent, rythmé et assez sombre.

Mais dans l’une de ses dernières œuvres, The Horrors pratique plutôt le rock avec douceur. Par exemple, « Something to Rememeber me » est un peu plus soft et un peu plus rythmé.

  • Une authenticité qui séduit

À travers les années, The Horrors a su garder son authenticité hors du commun. C’est d’ailleurs l’un de ses avantages. Malgré que les titres aient une petite connotation commerciale, la touche british et l’influence du rock, demeure. Ainsi, il a pu garder son public, voire même grandir avec lui.

Des sons assez triste et monotone, rythmés par le son de la basse comme c’est notamment le cas avec l’album Primary Color, des albums puissants et toujours aussi engagés : ce n’est pas pour rien que The Horrors s’est vu affublé le titre de « The groupe de rock british ».

Son nom ? Il le tire de sa capacité à revisiter la musique rock des années 80 afin de l’adapter aux attentes des jeunes générations.

Primary Colors : la première et la plus belle réussite de The Horrors

Primary Colors sort le 5 mai 2009. C’est l’une des premières et plus belles réussites du groupe. L’album propose à la fois du rock alternatif et rythmé, assez soft pour les novices, mais tout aussi sombre afin que les anciens fans du groupe s’y retrouvent.

Pour information, Primary Colors a été produit par le label XL Recordings. Il est fait de 13 titres dont le hit était à l’époque « Sea Within a Sea ». Encore aujourd’hui,  c’est une référence. Le clip fait d’ailleurs plus de 1 million de vues sur YouTube.

C’est à travers ce titre que l’on se rend compte véritablement des vertus psychédéliques des chansons de The Horrors. Le rythme, le fond sonore et le style musical sont uniques en son genre. On reconnait bien là l’influence du rock garage. Mais les sonorités gardent tout de même une touche sombre pour obéir à l’univers assez dépressif du rock.

À la sortie de ce titre, et de cet album notamment, le succès sera toujours au rendez-vous pour le groupe The Horrors. Les critiques sont de leur côté. Les fans affluent du monde entier. Les concerts à guichet fermé sont devenus leur quotidien.

Le seul petit inconvénient que l’on trouverait à redire est la lenteur de la production des albums. Il faut en effet patienter 2 à 3 ans entre chaque sortie. Et pour les fans, ce n’est pas l’idéal. En tous les cas, on peut dors et déjà apprécier la nouvelle sortie en date de The Horrors qui est « Something to remember me by » : disponible désormais sur les plateformes de téléchargement légal et sur les pages de stockages vidéos comme YouTube ou Dailymotion.

Pour info, ce titre fait partie du dernier album en date : « V » sortie en septembre de l’année dernière et qui compte une dizaine de titres mêlant influence punk rock et garage rock de nouveau.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s